Blog

LES MUSICIENS DU CODE

31 January 2015

Qui n’a jamais rêvé de jouer les inventeurs en donnant vie à des objets inertes, comme dans les contes fantastiques Pinocchio ou Alice au pays des merveilles  ?

Avec un peu de carton, un peu de papier d’aluminium, des Makey Makey et beaucoup d’imagination, nous avons joué les musiciens du code, en créant de toute pièce un orchestre !

 

 

Qui a dit que l’informatique et l’électronique n’étaient pas magiques ?

Lundi matin, 9h. Les enfants sont prêts à mettre la main à la pâte. Ils ont entre 8 et 13 ans. Beaucoup d’entre eux pratiquent un instrument de musique à la maison : piano ou guitare. La plupart d’entre eux sont aussi familiers des blocs de Scratch qui permettent de programmer de manière ludique.

 « Moi je n’y connais rien à la musique, mais ce n’est pas grave je mettrai pleins de sons sur ma guitare », démarre Akira.

 

A la découverte du Makey Makey

Je commence par leur présenter le Makey Makey que nous allons utiliser pendant ces deux journées : c’est un petit circuit électronique, relié à l’ordinateur par USB, qui remplace le clavier. Grâce au courant électrique et à quelques pinces crocodiles, il permet de transformer n’importe quel objet conducteur en touche.

Un vrai « kit d’invention du 21ème siècle […] destiné aux débutants autant qu’aux experts », comme le présentent ses créateurs Jay Silver et Eric Rosenbaum, 2 chercheurs du MIT Media Lab qui l’ont lancé grâce à une campagne Kickstarter.

Les enfants ont commencé par jouer les enquêteurs et enquêtrices pour tester les matériaux qui conduisent l'électricité et ceux qui l’isolent: fruits, bonbons, plastique, aluminium, cuillères, pâte à modeler...

En équipes, enthousiastes et appliqués, ils se familiarisent à la démarche expérimentale en testant les matériaux et se sont posent de nombreuses questions, à la manière dont travaillent les chercheurs : test du matériau dans le circuit, résultat, observations, conclusion.

Ils constatent sur  la fiche d’investigation que « la clémentine est un conducteur » et en concluent que « on peut l’utiliser ».

Cette activité crée une émulation incroyable, lorsque les enfants comprennent que des objets de leur quotidien peuvent agir sur les ordinateurs grâce au courant électrique. C’est à ce moment-là que les enfants ont mesuré le pouvoir qu’ils pourraient avoir à la fois sur le monde physique et le monde virtuel !

A la manière du célèbre « Eurêka ! » du savant Archimède, les enfants tours à tours expriment leur prise de conscience par des « ouais ça marche trop bien ! » et autres « mais c’est génial regarde ! ».

La manipulation est un élément essentielle pour s’approprier un apprentissage. Il est bien plus amusant et impactant pour les enfants de comprendre quelque chose en le touchant et en le testant. Avec le Makey Makey, ils ont construit eux-mêmes leur circuit avec des matériaux qu’ils ont choisis, testés et approuvés.

 

Petits bidouilleurs du code

Lundi, 14h, place à la création fabrication des instruments ! Joaquin va créer une trompette, tandis que sa voisine Anne, veut créer une guitare à 6 touches.

Première étape : dessiner sa maquette et la découper dans du carton. Ensuite, place au sens artistique et à la peinture des instruments en tout genre, en écoutant de la musique bien entendu.

Durant le séchage des maquettes, nos créateurs regagnent leurs postes pour programmer leur projet sur Scratch. Ils assemblent les commandes pour déclencher le son qu’il auront choisi lorsqu’on appuiera sur certaines touches. Par exemple, Félix associe la flèche gauche avec la note 60, c’est-à-dire le Do. Il choisi l’instrument n°1, qui émet un son de piano. Les enfants comprennent alors que tout comme les couleurs, les notes sont simplement des nombres pour les ordinateurs.

Dans leurs projets Scratch, les enfants s’amusent à dessiner la représentation de l’instrument qu’ils ont créé, comme par exemple Anouk : avec un personnage, une petite histoire autour.

Une fois la programmation de la touche effectuée, pour que l’instrument fonctionne,  il faudra raccorder à l’aide des pinces crocodiles les « fausses »  touches  de leurs instruments à l’entrée du Makey Makey correspondant à la touche choisi

 

Pour cela, les enfants vont devoir construire le circuit électronique qui le raccordera au Makey Makey et à l’ordinateur. Ils bidouillent avec du papier aluminium et du câble : « Ah oui on va brancher les pinces crocodiles dessus et ça va conduire l’électricité » constate Gaspard,  qui cherche un système pour sa guitare.

Le groupe s’affaire et s’entraide à droite à gauche pour dénuder les fils, partager la peinture, scotcher le circuit, coller l’aluminium, et assembler les blocs de codes sur Scratch. Et lorsque les premiers instruments sont opérationnels, la magie opère…

« C’est trop bien je suis trop content ! »  , « Ma guitare elle fonctionne tu as vu ?! » 

Une fois le premier instrument construit, certains enfants s’attèlent à un deuxième projet, comme un xylophone de cuillères ou une batterie.

 

En avant la musique !

Place aux éclats de joie et aux tests des instruments construits par les copains-copines ! Les enfants rayonnent de fierté d’avoir réussi à partir d’un bout de carton à créer un objet connecté. Tout ça, sourire et trompette aux lèvres, grâce à leur créativité, leurs idées, et leur intelligence !

Bob Marley a dit un jour que « la musique peut rendre les hommes libres ». Ce stage de création d’un instrument de musique connecté nous a en tout cas montré que la musique permet aux enfants de s’émanciper des limites de l’ordinateur, de les redéfinir, et de s’amuser avec la programmation tout en gardant les pieds sur terre et les mains sur les claviers… !

Newsletter

Newsletter